Hypersens
Accueil du site > Cercles Sacrés > Cercles de l’Etre > Votre raison d’Etre ou vivre l’instant présent

Votre raison d’Etre ou vivre l’instant présent

mardi 25 août 2015, par Jean Luc Penet

Votre raison profonde d’Etre ou vivre l’instant présent d’Eckhart Tolle

« Dès que vous dépassez le plan de la survie, les questions du sens et de la raison d’être se mettent à avoir une importance primordiale dans votre vie. Beaucoup de gens se sentent pris par la routine quotidienne qui semble priver leur vie de sens. Certains croient qu’ils sont passés ou passent à côté de leur vie. D’autres se sentent extrêmement limités par les exigences familiales et parentales, par leur situation financière ou par leur situation de vie. Certains autres sont minés par le stress et d’autres encore par l’ennui. Certains sont pris par l’activité effrénée, d’autres par l’apathie. Nombreux sont les gens qui aspirent à la liberté et à l’expansion conférées par la prospérité. De nombreux autres jouissent déjà de la liberté qu’accorde la prospérité et découvrent malgré tout que celle-ci ne suffit pas à donner un sens à leur vie.

Aucun prétexte extérieur ne peut servir à découvrir notre vraie raison d’être, qui ne peut se situer sur le plan concret. Notre vraie raison d’être ne concerne pas ce que nous faisons, mais ce que nous sommes. Elle concerne notre état de conscience.

La chose la plus importante à réaliser est la suivante : votre vie a une raison d’être intérieure et une raison d’être extérieure. La raison d’être intérieure est primordiale et concerne l’Être. La raison d’être extérieure est secondaire et concerne le faire. Celles-ci sont si entremêlées qu’il est presque impossible de parler de l’une sans parler de l’autre.

Votre raison d’être profonde, c’est de vous éveiller. Aussi simple que ça ! C’est la raison d’être que tous les humains de cette planète ont en commun puisque c’est la raison d’être de l’humanité. Cette raison d’être fait essentiellement partie de la raison d’être du Grand Tout, de l’univers et de son intelligence.

Quant à votre raison d’être extérieure, elle peut changer avec le temps et varier beaucoup d’une personne à l’autre. Trouver sa raison d’être profonde et se syntoniser sur elle est ce qui nous permet de manifester notre raison d’être concrète. Sans cette syntonisation, vous pouvez certes accomplir un certain nombre de choses par l’effort, la détermination, la combativité, le travail acharné ou la ruse. Mais, aucune joie n’émane de ces accomplissements, qui finissent invariablement par la souffrance sous une forme ou une autre.

Aussi longtemps que vous serez inconscient de l’Être, vous chercherez une signification seulement dans la dimension du faire et du futur, autrement dit dans la dimension du temps. Et toute signification ou satisfaction se transformera en déception à un moment donné et sera invariablement détruite par le temps. La signification que nous trouvons sur ce plan n’est que relativement et temporairement vraie.

Je ne dis pas qu’aider les autres, prendre soin de vos enfants ou viser l’excellence soient des choses sans valeur. Pour bien des gens, ces activités constituent une importante partie de leur raison d’être dans le monde concret. Mais cette raison d’être extérieure est toujours relative, instable et impermanente. Cela ne veut pas dire qu’il faut vous abstenir de vous engager dans ces activités. Cela veut dire que vous devez les harmoniser avec votre raison d’être première et intérieure pour donner un sens plus profond à ce que vous faites.

Si vous ne vous alignez pas sur votre raison d’être première, tout objectif que vous vous donnerez, même si c’est de créer le paradis sur Terre, sera un produit de l’ego et sera détruit par le temps. Tôt ou tard, il mènera à la souffrance. Si vous ne tenez pas compte de votre raison d’être profonde, peu importe ce que vous ferez, même si cela a l’air de nature très spirituelle, l’ego s’immiscera dans le comment et le moyen viendra corrompre la fin.

Le dicton qui dit que "La route vers l’enfer est pavée de bonnes intentions" met le doigt sur cette réalité. Autrement dit, ce ne sont ni vos activités ni vos objectifs qui sont primordiaux. C’est l’état de conscience dont ils émanent qui l’est. L’accomplissement de votre raison d’être première jette les bases d’une nouvelle réalité, d’une nouvelle Terre. Une fois que les bases sont là, votre raison d’être extérieure prend une forte coloration spirituelle, étant donné que vos objectifs et intentions ne font qu’un avec la pulsion évolutive de l’univers.

Lorsque vous considérez ce que vous faites à l’instant ou ce que vous êtes comme la principale raison d’être de votre vie, vous éliminez le temps. Ceci vous donne un pouvoir incroyable. L’élimination du temps dans ce que vous faites crée un lien entre vos raisons d’être intérieure et extérieure, entre l’être et le faire. Lorsque vous éliminez le temps, vous éliminez l’ego. Quoi que vous fassiez, vous réussirez merveilleusement bien, puisque le faire devient le point central de votre attention, puisqu’il devient un canal par lequel la conscience arrive jusqu’à ce monde.

Il y a donc de la qualité dans ce que vous faites, même dans le geste le plus anodin, comme tourner les pages de l’annuaire du téléphone ou vous déplacer d’une pièce à une autre. La raison d’être à tourner les pages a comme seul objectif de tourner les pages. L’objectif second est de trouver un numéro de téléphone. La raison d’être à passer d’une pièce à une autre est de passer d’une pièce à une autre. L’objectif second est d’aller chercher un livre. Dès que vous saisissez le livre, ce geste devient votre objectif premier.

C’est à partir des petites choses que l’on honore et dont on prend soin que les grandes choses naissent. La vie de chacun n’est vraiment faite que de petites choses. La grandeur est une abstraction mentale, le fantasme favori de l’ego. Il y a un paradoxe qui veut qu’honorer les petites choses du moment présent, au lieu de poursuivre l’idée de grandeur, serve de fondation à la grandeur.

Le moment présent est toujours petit dans le sens où il est toujours simple. Mais au fond de lui se cache le plus grand des pouvoirs. Le moment présent ressemble à l’atome. Il est une des plus petites choses existant, mais qui détient un pouvoir énorme. C’est seulement lorsque vous vous syntonisez sur le moment présent que vous avez accès à ce pouvoir. Ou, plus justement dit, c’est lui qui a accès à vous, et par vous, au monde. C’est de ce pouvoir dont Jésus parlait quand il a dit : "Ce n’est pas moi, mais le Père en moi, qui fait le travail. Je ne peux rien faire de moi-même." (Jean, XIV, 10).

L’anxiété, le stress et la négativité peuvent vous couper de ce pouvoir. Et l’illusion que vous êtes dissocié de ce pouvoir régissant l’univers tout entier refait surface. De nouveau, vous vous sentez seul, à vous battre contre quelque chose ou à essayer d’accomplir ceci ou cela. Mais pourquoi l’anxiété, le stress et la négativité sont-ils apparus ? Parce que vous vous êtes détourné du moment présent. Et pourquoi avez-vous fait cela ? Parce que vous avez pensé que quelque chose d’autre était plus important. Vous avez oublié votre raison d’être première. Une petite erreur, une mauvaise interprétation créent un monde de souffrance.

Alors, soyez loyal envers la vie en étant loyal envers votre raison d’être intérieure. Dès que vous devenez présent et, par conséquent, total dans ce que vous faites, vos gestes se dotent d’une force spirituelle. Au début, il n’y aura pas de changement notable dans ce que vous faites. Il y en aura seulement dans le comment.

Votre raison d’être première est maintenant de permettre à la conscience de transpirer dans ce que vous faites. Alors que la notion de raison d’être était auparavant toujours associée au futur, une raison d’être plus profonde apparaît qui peut seulement être trouvée dans le présent, par la négation du temps.

Quand vous rencontrez des gens, au travail ou ailleurs, accordez-leur votre attention totale. Vous n’êtes plus principalement là en tant que personne, mais en tant que champ de conscience, de Présence vigilante. La raison qui vous a originellement fait entrer en contact avec l’autre personne (acheter ou vendre quelque chose, demander ou donner des renseignements, etc.) devient secondaire. Le champ de conscience créé entre vous deux devient la principale raison d’être de l’interaction. Cet espace de conscience devient plus important que ce dont vous parlez, plus important que les objets ou les pensées.

L’être humain devient plus important que les objets de ce monde. Cela ne veut pas dire que vous négligez ce qui doit être fait sur le plan pratique. En réalité, le faire se déroule non seulement plus facilement, mais plus puissamment lorsque la dimension de l’être est reconnue. Le faire devient ainsi secondaire. L’avènement de ce champ unifié de conscience entre les êtres humains est le facteur le plus essentiel dans les relations sur la nouvelle Terre. »

Portfolio

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0