Hypersens

Echos des participants

lundi 29 février 2016, par Jean Luc Penet

"Ce fut pour moi une expérience belle et unique. J’ai été surprise de ce que j’ai pu ressentir. En effet, j’arrivai le coeur lourd et un peu angoissée de l’inconnu qui m’attendait. J’ai apprécié ton accompagnement : tu as les mots justes au bon moment. Paisible. Ce soir-là, j’ai appris de nouvelles sur ma personne, sans jugement ; et ce point et très important pour moi dans mon chemin de vie. Les mots clés que je retiens sont les suivants : vie, lumière, souffle, acceptation, indulgence, amour de soi. Je te suis reconnaissante." Pauline

« J’ai travaillé de nombreux mois sur le pardon, explorant plusieurs outils, techniques, approches… Je ne savais pas ce qu’était un Cercle de Pardon. Je me suis réveillée ce jour-là en me disant que j’avais encore des choses à régler de ce côté-là qui m’empêchaient d’avancer dans ma vie.

Un clic de souris plus loin (merci Google), je suis tombée sur le site d’Olivier Clerc. J’ai immédiatement téléchargé son ouvrage sur le pardon tout en navigant sur l’agenda en ligne pour découvrir que plusieurs séances étaient proposés dans ma région.

J’ai alors envoyé un mail à chacun des organisateurs en me disant que chaque réponse que je recevrais serait juste. Jean Luc m’a téléphoné quelques heures plus tard me proposant de me joindre à ce groupe le soir-même. Son sourire et sa bienveillance m’ont rassurée même si je ne savais toujours pas ce qu’était ce fameux Cercle. Rendez-vous était donc pris avec Le Pardon.

Je suis arrivée un petit peu en avance comme j’ai l’habitude de le faire tout le temps, cela me permet de prendre le temps de choisir l’emplacement qui me convient le mieux, d’observer et de ressentir.

Pour être très honnête, je me suis très vite demandée ce que je faisais là. Il y avait un important match de foot à la télévision et il n’y avait que des femmes, certaines venues comme moi, seules, d’autres entre copines. L’atmosphère même si elle était décontractée me semblait bizarre. Nous étions toutes très différentes, sur la réserve, nous souriant timidement ou restant plongées dans nos pensées, nos téléphones portables.

Très rapidement Jean Luc a pris la parole nous mettant un peu plus à l’aise. Il a partagé avec nous l’histoire d’Olivier Clerc et son expérience des Cercles de Pardon, son envie de faire partie de cette aventure incroyable et d’être un relais de lumière pour cette expérience. La séance a ensuite pu démarrer.

Afin d’éviter les peurs inutiles, Jean Luc nous a rassurées sur le fait que personne n’est obligé de faire quoique ce soit, que tout est juste à chaque instant.

Sans vous révéler en détail les différentes étapes, ce que j’ai surtout envie de partager avec vous ce sont les différentes émotions qui m’ont envahies. Je ne suis pas facilement accessibles, mes blessures successives m’ont fait adopter plusieurs masques et je créé naturellement de la distance avec les gens.

Dès les premiers instants, nous avons commencé par quelques exercices extrêmement déstabilisants pour moi. L’intimité créée grâce à ceux-ci m’ont obligée à immédiatement laisser tomber les barrières. Je n’étais pas à l’aise mais j’ai décidé de me prêter au jeu malgré tout. Le début était difficile mais la répétition m’a permis de très rapidement lâcher prise et d’ouvrir pleinement mon cœur.

Quand enfin le rituel du pardon a démarré, je me suis rendue compte qu’à chacune des étapes et différemment en fonction des personnes avec lesquelles je partageais l’intensité de ces moments, que j’ai reçu ou offert le pardon, j’ai pu tour à tour projeter mes demandes par rapport à des personnes auxquelles je pensais, être surprise de voir venir des personnes de mon passé que j’avais pu oublier, des membres de mon arbre généalogique, des personnages historiques… et puis il m’est aussi arrivé de me sentir complètement désincarnée et de revêtir la peau d’une personne venue délivrer un message aux personnes avec lesquelles je partageais ce moment.

J’ai eu parfois la sensation de me transformer en vieille dame, sentant mon corps se rapetisser, devenir très douloureux, mes cheveux blanchir ou de devenir un petit garçon de 5 ans qui avait besoin qu’on le prenne dans les bras et qu’on le serre très fort…. J’ai vécu une expérience troublante, déstabilisante qui m’a apaisée durablement. Je me suis rendue compte qu’au travers des différentes blessures que j’avais et rancœurs que je continuais de nourrir malgré moi, à cause d’évènements que je trouvais terriblement injustes, j’avais besoin qu’on me demande pardon.

Ce fut un cadeau merveilleux pour mon cœur, mon âme et je sais que ce soir-là j’ai pu offrir également mon énergie, mon amour et ma bienveillance à toutes les personnes qui étaient présentes physiquement mais également toutes celles que nous avons appelé plus ou moins volontairement à participer. Je ne peux trouver les mots pour décrire l’énergie, la lumière, la fusion qui s’est produite grâce à ce partage. C’est une expérience incroyable que j’ai décidé de renouveler quelques semaines plus tard. J’ai pu approfondir mes ressentis, continuer mon travail de pardon, faire rejaillir des blessures encore plus anciennes… de manière toujours plus intense…

Alors merci à chacun et chacune d’entre vous d’avoir été présent sur ce chemin parfois sinueux, de m’avoir tendu une main, ouvert votre cœur, merci aussi à Jean Luc, Olivier, Don Miguel Ruiz… et puis toutes celles et ceux qui sont dans mon cœur… Au plaisir de vous croiser lors d’une prochaine séance ici ou ailleurs." Hélène

"Je viens t’exprimer ma profonde gratitude pour l’espace-temps de profonde humanité que tu as ouvert et auquel tu as offert une contenance puissante avec humilité, humour et générosité. Gratitude pour ce moment si précieux dans l’instant, et qui s’est avéré encore plus précieux avec les évènements douloureux à Paris qui ont suivi et qui nous invitent plus que jamais à accueillir et transmuter nos ombres et accueillir notre lumière. Gratitude pour ce rituel, à partager, qui prend sa place dans mon quotidien." Stéphanie

"Merci infiniment de cette soirée, pour moi une première, une occasion de grandes libérations complètement spontanées et inattendues, une possibilité d’ouverture inconditionnelle, de guérison, une façon de porter un vrai regard sur l’Autre, j’ai été très touchée par ta présence discrète mais rassurante, je me suis sentie en sécurité." Audrey

"pour ma part, je suis très chamboulée émotionnellement après ce cercle, c’est plutôt les montagnes russes, je libère des blessures d’enfance .... waouh !! et j’accueille toute cette tristesse et je m’autorise à la libérer pour un mieux être" Bernadette

"Mon témoignage sur ce que j’ai ressenti en sortant : un élargissement au niveau de la poitrine et un redressement de ma colonne vertébrale qui m’a fait me ressentir davantage sur mon axe. Je recommanderai les « cercles » et reviendrai volontiers une prochaine fois" Natacha

"ce cercle de pardon est arrivé à point nommé sur mon parcours. Je travaille à ouvrir mes cuirasses et j’ai touché à une blessure originelle très récemment et ressenti une colère intense envers des proches.

Cette colère était enfouie en moi depuis 60 ans et avait besoin de s’exprimer enfin, ou plutôt j’avais besoin de l’expurger mais je n’avais aucune intention de la jeter sur les autres.

J’avais juste besoin de retrouver la paix, accepter ce qui s’est passé, qui a sa raison d’être même si je n’en comprends pas le sens encore aujourd’hui.

Dans un 1er temps j’étais dans le cercle extérieur et les autres ont défilé devant moi en me demandant pardon et je n’avais qu’une crainte, c’est qu’on n’inverse pas les rôles. Au fur et à mesure que les personnes s’arrêtaient devant moi j’ai ressenti un besoin de plus en plus irrepressible de demander pardon à mon tour.

Quand on a inversé les rôles j’ai éprouvé un immense soulagement et demandé pardon à mon tour en pensant d’abord à mes proches mais en même temps complètement connectée aux personnes devant moi, c’était plutôt pour moi une demande de pardon universelle

Lorsqu’en 3eme partie tu nous a demandé de penser à des groupes de personnes tels que les politiques...j’ai réalisé à quel point je porte des jugements tranchants sur tant de personnes, toujours à vouloir désigner un coupable... Une belle prise de conscience qui m’amène aujourd’hui à prendre un chemin plus tolérant, à accepter davantage les autres où ils en sont, avec leurs différences sans chercher à les changer ou les sauver et, parallèlement, à m’accepter inconditionnellement. C’est un long chemin qui me demande de l’humilité et du courage mais je "m’accroche" Encore merci à toi Jean Luc Dominique

"le cercle de pardon d’hier soir était un moment très fort, très beau. Je dois avouer que je suis arrivé avec une légère appréhension, qui s’est complètement envolée en vivant le moment. Aujourd’hui, je me sens beaucoup plus serein, une grosse partie de ma rancœur est partie, que ce soit envers mon père ou envers moi-même." Paul

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0